Veuillez patienter pendant le chargement...

Actualités > Défis citoyens : à vos marques, prêts, partez !!!

Défis citoyens : à vos marques, prêts, partez !!!

Défis citoyens : à vos marques, prêts, partez !!!

La communauté de communes Ambert Livradois Forez intègre le groupe « ça commence par nous » afin de proposer à ses usagers une expérience ludique autour de 10 défis durables par mois.

Ce challenge d’un an, avec 10 défis par mois, a pour but de réduire notre impact sur l’environnement et de développer notre économie locale. Ces défis progressifs et peu contraignants permettront à tous de faire ce que nous remettions au lendemain !
Et surtout, on ne se met pas la pression. Si un seul challenge est réalisé c’est déjà un pas dans la bonne direction.

N’oubliez pas de remplir les sondages à la fin de chaque mois.

1/ Je fabrique ou j’achète un déodorant artisanal

De nombreux déodorants sont composés de parabens et de sels d’aluminium : deux composants qui s’avèrent être nocives pour la santé. Deux études scientifiques de 2018 ont mis en corrélation une utilisation quotidienne du déodorant avec une augmentation du taux de cancer du sein. D’autres études affirment que l’utilisation d’un déodorant sur une peau fraîchement rasée augmente sérieusement le risque de pénétrer dans l’organisme et de développer des pathologies graves. Aussi, l’utilisation de ces composants sont de véritables perturbateurs endocriniens, et ils diminuent la flore bactérienne qui préserve l’épiderme. 

En plus des composants chimiques, n’oublions pas la quantité d’emballages et par conséquent de déchets produits uniquement pour ces déodorants industriels ! 

Privilégier un déodorant sain et naturel !  

Certaines marques proposent des déodorants aux compositions non seulement saines mais surtout efficaces. Ces déodorants peuvent être sous forme de pâtes à appliquer au doigt, de spray, de stick ou de roll-on, avec ou sans huile essentielle, ou encore avec ou sans bicarbonate de soude… 

A vous de tester et choisir celui qui vous conviendra ! 

Vous souhaitez fabriquer votre déo maison ?  Facile à réaliser et efficace, voici un exemple de recette


 2/ Je réduis ma consommation de produits issus de la pêche en mer : je ne consomme pas d’espèces en voie d’extinction et privilégie la pêche à la ligne ou aux casiers

Prenons conscience que notre mode d’alimentation a un réel un impact sur la préservation de notre planète ! Bien sûr, nous pouvons manger un peu de poissons, mais veillons à consommer des poissons issus d’une pêche plus durable : choix des espèces, le mode de pêche, poissons d’élevage ou naturels 

Retenons qu’il faut privilégier une consommation occasionnelle en s’assurant de la durabilité du poisson. 

Plus d’infos sur : https://www.greenpeace.fr/poissons-consommer-nuire-a-planete/ 


3/ Je garde tous mes noyaux et je les fais sécher pour pouvoir les replanter

Vous avez envie de tenter des expériences ? Vous pouvez valoriser vos pépins et noyaux au lieu qu’ils ne finissent à la poubelle et profiter ainsi de plantes sans dépenser un sou !
Voici un article qui vous explique comment faire germer vos noyaux d’avocats, abricots, cerises ou encore litchi !  


4/ Je fais mon smoothie maison avec des fruits bio et/ou de saison 2 fois dans le mois

Les smoothies fraits et fais maison, on adore ! Puisque c’est la saison des myrtilles, voici une recette simple à réaliser !

Pour une personne il vous faudra :  

  • 100g de myrtilles 
  • 1 pèche pelée 
  • 15cl de lait végétal (riz, avoine, épeautre…) 
  • La moitié d’un jus de citron 

Mettez tous les ingrédients dans votre blender, mixez jusqu’à obtenir un mélange assez lisse. Réservez au frais, et hop, c’est prêt ! 


 5/ J’achète des fruits ou des légumes sur les marchés locaux ou j’en donne/échange avec les voisins

C’est la pleine période de la récolte, les étalages des marchés foisonnent de légumes produits localement, il faut en profiter ! 

Pour rappel voici les marchés du territoire :

  • Ambert :  marché le jeudi matin, les producteurs locaux sont sous la mairie ronde.  Le samedi matin un petit marché de producteurs est organisé sur la place Saint-Jean.
  • Arlanc : marché le lundi matin 
  • Cunlhat : marché le mercredi matin
  • Marsac-en-Livradois : marché le dimanche matin
  • Olliergues : marché le samedi matin
  • Saint-Anthème et Viverols : marché le mardi matin en alternance  

Et si vous avez des excédents de légumes dans votre jardin, (les courgettes par exemple !) vous pouvez en distribuer à vos voisins ou vos collègues, ils auront peut-être un excédent d’un autre légume à vous troquer !  


6/ Je fais ma confiture de mûres (ou autre fruit de saison)

Pour environ 4 pots de confiture de mûre il vous faudra :  

  • 1kg de mûres 
  • 750g de sucres (vous pouvez en mettre un peu moins, selon les goûts) 
  • 40cl d’eau  
  • 1 citron 

1- Nettoyer les mûres sous l’eau froide courante, les égoutter puis les peser.
2-
Faire bouillir l’eau avec le sucre durant 10 minutes puis ajouter les mûres.
3-
Laisser cuire environ 40 à 45 minutes en remuant très fréquemment jusqu’à obtention d’une confiture épaisse.
4-
Incorporer le jus de citron et verser dans des pots ébouillantés.
5-
Fermer les pots immédiatement et les retourner. Laisser refroidir les pots la tête en bas. 


7/ Je trie mes stylos qui ne fonctionnent plus 

Les stylos se recyclent alors ne les jeter plus dans la poubelle des ordures ménagères. 

Vous pouvez les emmener dans les déchetteries d’Ambert Livradois Forez et même dans l’une des 5 Maisons de services au public du territoire. 


 8/ Je remplace mes ampoules grillées par des leds

Le saviez-vous ? Les ampoules leds sont 10 fois moins énergivores que des ampoules incandescentes. C’est donc une excellente raison pour remplacer vos ampoules grillées par des ampoules leds. 


 9/ J’achète de la bière artisanale

En été on apprécie de boire une bière fraiche en terrasse (avec modération bien entendu !). Et si nous les consommions locales ?

Voici quelques bonnes adresses pour acheter de la bière produite localement :  

  • La brasserie Marabout sur la commune de Marat
  • La brasserie Fornabera à Saint-Amant-Roche-Savine
  • La brasserie de l’Ensourceleuse à Arlanc 

Et il y a même une productrice de houblon installée à Arlanc “Houblon – Cours cocotte” !

N’oubliez pas, les bouteilles de bières vont dans la colonne à verre.


 10/ J’achète des fournitures scolaires plus écologiques ou je recycle mes fournitures

C’est bientôt l’heure de la rentrée, alors pour les retardataires voici quelques astuces pour acheter des fournitures plus responsables. En effet, comme tout objet de consommation, les fournitures scolaires sont à considérer en termes de ressources et d’énergies utilisées, ainsi que de pollutions et de déchets générés. Alors pour tenter de consommer mieux on peut :  

  • Réutiliser du matériel de l’année passée encore en bon état ;  
  • Repérer les écolabels tels que PEFC ou encore NF Environnement par exemple ; 
  • S’intéresser à la composition des éléments pour éviter les matières dangereuses/polluantes et privilégier les matières naturelles : bois plutôt que plastique, etc. ;
  • Favoriser le “faire soi-même” ;
  • Etc. 

Pour vous accompagner nous vous invitons à consulter le document “Cartable vert”, rédigé par les membres du groupe Profs en transition. 


Sondage

Vous avez réalisé des défis en septembre ? Dites-nous lesquels grâce à ce sondage.

1/ Je fais du géocaching 

Cet été pourquoi ne pas tester le géocaching ? Le Géocaching est une chasse au trésor, pour laquelle vous devez être équipés d’un GPS (smartphone ou GPS de randonnée) et être inscrits sur le site Geocaching.com (c’est gratuit) : les « trésors » sont des boîtes de différentes tailles, cachées par d’autres géocacheurs à des coordonnées spécifiques que vous devez rejoindre, avant de chercher… plus ou moins facilement… Il existe tellement de variétés de caches, de niveaux de difficultés, d’énigmes, de terrains à traverser… le Géocaching vous permet de composer votre aventure du moment, du jour ou de la semaine, de randonner en montagne ou à la campagne, de découvrir des villes, monuments, paysages insoupçonnés… parfois même à deux pas de chez vous. 

Attention ! Contrairement à une chasse aux trésors classique, les boîtes que l’on découvre doivent rester sur place ! Chaque géocache contient au moins un « logbook », c’est un petit carnet qui vous permet de laisser une trace de votre passage. L’objectif est la balade et la découverte, parfois le sport ou le challenge, et c’est toujours un bon prétexte pour sortir s’aérer au quotidien, en solo, en famille, entre amis. 

Il y a beaucoup de “caches” sur Ambert Livradois Forez, alors c’est parti pour l’aventure ? 


2/ J’essaye le dentifrice solide ou je fabrique mon dentifrice

Voici une idée recette pour fabriquer soi-même son dentifrice

Ingrédients 

  • 3 cuillères à soupe d’argile blanche surfine 
  • 1 cuillère à café rase de poudre de siwak (on peut en commander sur aromazone) 
  • 5 gouttes d’huile essentielle de menthe poivrée ou de citron jaune bio. 

Ustensiles à prévoir 

  • Un petit pot en verre sans partie métallique (les qualités de l’argile s’altèrent à son contact) ou autre récipient sans métal 
  • Une cuillère en bois (toujours pas de métal) pour doser, mélanger et transvaser. 

Étapes de préparation 

Rien de plus facile et rapide que de se concocter son propre dentifrice en poudre ! Mélangez tous les ingrédients de la recette dans un petit pot non métallique à l’aide d’une cuillère en bois. C’est (déjà) prêt ! 

Astuces & conseils d’utilisation 

Pour utiliser votre dentifrice maison, mouillez votre brosse à dents sous un filet d’eau puis trempez-la directement dans la poudre. Brossez vos dents comme à votre habitude. 


 3/ Je n’achète plus de produits contenant de l’huile de palme  

Le saviez-vous ? La production d’huile de palme est responsable d’une importante déforestation, elle contribue à la disparition de nombreuses espèces à l’image des Orangs outangs, use de produits hautement toxiques et les conditions de travail dans les plantations y sont souvent déplorables. Bien des raisons qui invitent à changer de modèle et à éviter d’acheter des produits alimentaires ou cosmétiques contenant de l’huile de palme. 


 4/ Je réalise au moins un co-voiturage pour aller au travail ou vers un lieu de loisirs 

Partager son trajet domicile/travail c’est bon pour l’environnement mais aussi pour le porte-monnaie !  Et puis c’est aussi plus agréable de faire le trajet à plusieurs que tout seul… La plateforme de covoiturage Mov’ici vous permettra certainement de trouver un trajet proche de chez vous. Allez, on se lance ! 

Retrouvez également toutes les solutions de transports sur le territoire d’Ambert Livradois Forez. 


5/ Je trouve une alternative réutilisable au film alimentaire 

S’il est plus que recommandé de conserver les restes alimentaires plutôt que de les jeter pour lutter contre le gaspillage alimentaire, il est aussi essentiel de limiter notre utilisation de plastique. Le film plastique est un élément que l’on utilise très fréquemment dans la vie de tous les jours. Il est pourtant très polluant et facilement substituable : on vous explique comment en fabriquer à la maison notamment avec de la cire d’abeille ! 


6/ J’éteins ma Box Wifi pendant la nuit, et lorsque je m’absente de mon domicile  

Les box Wifi ont envahi nos environnements à tel point qu’elles sont devenues des éléments centraux/incontournables dans nos habitationsCependant, les ondes Wifi seraient nocives pour la santé, et agiraient plus précisément sur l’hormone qui contrôle notre sommeil : la mélatonine. Une longue exposition aux ondes Wifi réduirait drastiquement le taux de sécrétion de mélatonine dans l’organisme, ainsi notre corps aurait des difficultés à activer « le mode nuit ».  

Vous souhaitez avoir un sommeil réparateur ? Alors éteignez votre Wifi! Il est également recommandé d’éloigner tous appareils connectés de votre chambre.  

Le fait d’éteindre votre Box vous permet également de faire quelques économies financières. Certes, elle consomme en général très peu et le coût de son fonctionnement ne représente guère plus de quelques euros par an, mais chaque petite économie compte !  


7/ J’installe un réservoir d’eau pour les oiseaux 

Le saviez-vous ? Les oiseaux n’ont pas de glandes sudoripares, ils transpirent donc moins et ont besoin de moins d’eau que les mammifères ; toutefois, ils en perdent lors de la respiration et dans leurs déjections. La plupart des passereaux ont ainsi besoin de boire au moins deux fois par jour pour remplacer l’eau perdue. Il est donc important de leur mettre à disposition un point d’eau pour qu’ils puissent boire et nettoyer leurs plumes. Ne mettez pas un contenant trop profond : maximum 5 cm de profondeur (ex. soucoupe de pot de fleur). Ajoutez un caillou ou une branche pour qu’ils puissent se poser facilement, boire et se baigner en sécurité. 


8/ Je fais au moins une braderie/ brocante/vide-grenier en tant que vendeur ou acheteur 

L’été c’est la saison des brocantes et des vides greniers sur le territoire d’Ambert Livradois Forez… Alors plutôt que d’acheter neuf, n’hésitez pas à aller faire un tour sur l’unE des brocantes, vous ferez à coup sûr de bonnes affaires et trouverez des objets avec du cachet !

Voici la liste des brocantes et vide-greniers qui devraient être maintenus, mais n’hésitez pas à vous renseigner avant de vous y rendre (ces informations sont susceptibles d’évoluer en fonction du contexte sanitaire) : 

  • 25 juillet : Le Monestier – Vide-greniers et marché fermier
  • 1er août : Beurières – Vide-greniers
  • 3 août : Arlanc – Brocante
  • 7 août : Novacelles – Vide-greniers et salon du livre
  • 8 août : Saint-Amant-Roche-Savine – Brocante
  • 14 août : Eglisolles – Vide-greniers
  • 15 août : Saint-Anthème – Marché aux puces
  • 15 août : Ambert – Brocante
  • 16 août : Saint-Germain-l’Herm – Brocante et vide-greniers
  • 20 août : Fayet Ronaye – Vide-greniers
  • 29 août : Medeyrolles – Vide-greniers
  • 29 août : Champétières – Brocante
  • 1er septembre : Job – Vide-greniers
  • 5 septembre : Arlanc – Brocante
  • 5 septembre : Cunlhat – Brocante
  • 3 octobre : Arlanc – Brocante et vide-greniers
  • 19 octobre : Tours-sur-Meymont – Vide-greniers

9/ J’opte pour des glaces produites localement : Pis’ lait Bertignat  

C’est la saison des glaces, alors si on optait pour des glaces produites localement ? Si, si, ça existe ! Le GAEC des Beaucerons à Bertignat a trouvé une nouvelle façon de valoriser le lait de vache en fabriquant les fameuses glaces Pis’lait !  


10/ Je fais mes conserves de légumes 

Pourquoi faire ses conserves de légumes soi-même ?

  • Pour profiter de légumes saisonniers tout au long de l’année  
  • Pour préserver les goûts et les saveurs. La congélation par exemple peut altérer les aliments en les déshydratant, ce qui n’est pas le cas avec la conserve. 
  • Pour manger sainement : vous savez ce que vous mettez dedans ! 
  • Pour ne pas gaspiller : votre récolte au potager est fructueuse ! Surtout ne jetez rien, et faites des conserves. 
  • Parce que c’est pratique ! Lorsque vous n’avez pas envie de cuisiner, ou que vous avez des invités imprévus, votre bocal n’aura plus qu’à être réchauffé. 
  • Si vous avez une panne de courant, vos bocaux se conserveront sans aucune source d’énergie à la différence de votre stock dans le congélateur… 

Sondage

Vous avez réalisé des défis en août? Dites-nous lesquels grâce à ce sondage.

1/ J’utilise des serviettes de table en tissu et non en papier jetable 

La fabrication de serviettes en papier génère une importante pollution sur l’ensemble de son cycle de vie. En effet, leur fabrication entraine une déforestation massive de forêts anciennes. De nombreux produits chimiques sont également utilisés et entraînent une augmentation des gaz à effet de serre. Si vous utilisez quotidiennement des serviettes en papier, privilégiez des matières issues du recyclage, et il est vivement conseillé de les composter pour limiter la production de déchets.  

Optez plutôt pour des serviettes en tissu et de préférence en lin, car l’impact environnemental est moins important que le coton sur l’ensemble de son cycle de production. Les avantages du tissu ? Il est réutilisable, plus chaleureux et moins impactant pour l’environnement !  Et puis, le tissu vient sublimer une table, vos convives vous le diront ! 


2/ J’opte pour une lessive respectueuse de l’environnement ou je fabrique ma propre lessive

En poudre, liquide ou plus compactes, à vous de trouver celle qui vous convient le mieux. Pour vous aider à franchir le pas, voici une recette parmi tant d’autres.

Les ingrédients pour 1 litre de lessive liquide au savon de Marseille :
• 50 g de savon de Marseille en copeaux (la liste des ingrédients doit mentionner « sodium olivate » et ne doit pas contenir de glycérine ajoutée)
• 1 litre d’eau
• 2 cuillères à soupe de bicarbonate de soude
• 1 à 2 cuillères à soupe de cristaux de soude
• 10 gouttes d’huiles essentielles de votre choix : citron, lavande, tea tree, … (facultatif)
Vous trouverez ces différents articles dans des épiceries bio, des magasins de bricolage et/ou des grandes surfaces.

La recette :
1. Dans une casserole, faites bouillir 1 litre d’eau.
2. Ajoutez le savon en copeaux.
3. Mélangez à feu doux jusqu’à ce que les copeaux soient bien dissouts dans l’eau.
4. Laissez tiédir puis ajoutez le bicarbonate de soude, les cristaux et les huiles essentielles.
5. Versez la préparation dans une bouteille en verre.
6. Secouez régulièrement jusqu’au refroidissement complet.

Si le « Faire soi-même » n’est pas votre truc, privilégiez des labels respectueux ; voici un article qui pourra vous aider : Le guide des lessives écolos | 60 Millions de Consommateurs (60millions-mag.com) 


 3/ Femmes : J’essaye de trouver une solution durable à mes protections hygiéniques / Hommes : je remplace mon rasoir jetable par un équivalent durable 

Pour les femmes 

Le saviez-vous ? 91% : c’est le nombre de femmes qui utilisent des protections hygiéniques externes en France, selon un sondage OpinionWay en 2017. Au cours d’une vie, une personne menstruée utilise entre 10 et 15.000 protections menstruelles, c’est autant de produits jetés dans la poubelle. 

Un chiffre vertigineux qui motive à opter pour des alternatives durables et plus respectueuses de votre intimité. Plusieurs solutions durables sont aujourd’hui disponibles : cup, culottes menstruelles ou encore serviettes hygiéniques lavables. Chacune peut trouver l’alternative qui lui convient. Votre corps vous remerciera sachant tous les composants cracra contenus dans les jetables. Vos poubelles aussi ne s’en sentiront qu’allégées ! 

Pour les hommes  

A nous messieurs, on ne vous oublie pas ! Fini les rasoirs jetables, je me tourne vers des solutions plus durables telles que le rasoir de sécurité, le rasoir droit, le rasoir/tondeuse électrique, la cire orientale, etc. Sinon, pourquoi ne pas se laisser pousser la barbe ?! 


4/ J’opte pour un pommeau mousseur d’eau et prends des douches de moins de 5 minutes (je trouve un moyen de vérifier !) 

Le pommeau mousseur d’eau permet de réduire le débit d’eau : 12L/min pour un robinet classique versus 6, voire moins, avec un mousseur selon les modèles. On peut placer cet accessoire soi-même sur tous les robinets de la maison. Attention la ressource en eau est rare, nous devons la préserver.  

Sachez qu’il est possible d’économiser beaucoup d’eau (jusqu’à 50%) avec des gestes très simples et accessibles, retrouvez ici plusieurs écogestes à mettre en place au quotidien. 


 5/ Je récolte la reine des prés, les feuilles de framboisier, etc. pour faire des infusions 

A condition d’être sûr de bien reconnaître les plantes sauvages qui nous entourent, pensez à les récolter au cours d’une balade entre amis ou en famille, sur les chemins du Livradois-Forez. Les  plantes sauvages comestibles sont nombreuses : la reine des prés, le plantain lancéolé, l’achillée millefeuille, l’épilobe en épis ou encore les feuilles de framboisier en plus des fruits.  

Ces plantes sont pleines de vertus médicinales et surtout poussent localement. Lorsqu’elles sont éloignées des routes, elles sont également épargnées de la pollution. Pensez-bien à les nettoyer dans de l’eau vinaigrée avant utilisation. 

Si vous n’êtes pas sûr de vos connaissances botaniques, optez pour un achat auprès des herboristes locaux, sur les marchés ou dans les magasins de producteurs.  


6/Je fais mon sirop de menthe maison ou je l’achète auprès d’un producteur local 

Faire son sirop soi-même est simple et rapide ! Vous aurez besoin de 600 g de sucres, de 60 cl d’eau et de 300 feuilles de menthe fraîche (entre 15 et 20 tiges) de 15 minutes de préparation et de 10 minutes de cuisson. 

Si vous n’avez pas le temps, il existe des producteurs de sirops sur le territoire d’Ambert Livradois Forez. Alors pourquoi ne pas faire un petit détour par la jasserie de La Tuile pour acheter un bon sirop fabriqué par M. PASCOLO ? 


7/ Je laisse une partie de mon jardin sauvage (non tondue)

Pourquoi s’acharner à tondre l’ensemble de votre terrain enherbé  ? Cela prend du temps, de l’énergie et on ne sait jamais quoi faire de l’herbe de tonte… Alors tondez uniquement vos zones de passages et vos espaces de détente. Pensez aux animaux, aux pollinisateurs et à l’ensemble de la biodiversité en maintenant une diversité floristique ! Pour celles et ceux qui ont semé une zone de Bzzz au mois de mai, profitez des bonnes odeurs florales et de ces couleurs estivales. Admirez les insectes et autres animaux qui s’épanouissent dans cet écosystème que vous préservez : les comportements de la faune sauvage sont souvent épatants et rigolos ! Vous pouvez d’ailleurs partager vos observations naturalistes sur la base de données participatives : Faune Auvergne. 


 8/ Je paille au maximum mon jardin pour limiter l’arrosage, en particulier sur les plants de tomates 

Pailler ses cultures présente de nombreux bénéfices : 

  •  le paillage préserve la fraîcheur et l’humidité du sol en été 
  •  il ralentit la pousse de plantes indésirables 
  •  il nourrit le sol de façon continue 
  •  il favorise la biodiversité 
  •  il protège les plantes des champignons et de certains parasites  

L’avantage c’est que l’on peut utiliser des tas de matériaux pour pailler ! De la paille bien sûr, les herbes de la tonte, des fanes de légumes, du broyat de végétaux, des coquilles de fruits à coque… 

Plus d’infos : https://www.valtom63.fr/wp-content/uploads/2020/09/Guide_Reduc-DV-Particuliers_complet.pdf 


9/ Je me rends compte que j’utilise énormément d’eau pour arroser mon potager, je me renseigne pour installer une cuve de récupération d’eau dès maintenant

L’eau au potager c’est un peu comme la levure dans un gâteau, si nous n’en avons pas assez, rien ne lève … 

Cette ressource indispensable à la vie se fait de plus en plus rare en été, mais avec une cuve de récupération d’eau de pluie je limite considérablement l’arrosage avec l’eau du réseau, qui coûte cher à mon porte-monnaie et à la planète. 

D’ailleurs l’eau de pluie est bien meilleure que celle du réseau, avec une filtration par les UV et une température souvent semblable à la température extérieure, cette eau limitera les impacts thermiques et abreuvera vos plantes au moment les plus sec de l’été ! 

Les cuves vendues dans les commerces sont souvent onéreuses pour un volume restreint de récupération, alors que pour moins de 100€ vous pouvez récupérer des cuves de 1 000 litres d’occasion (pensez à bien vérifier auprès du vendeur les produits qui ont été contenus dans cette dernière).  


 10/ J’ai plus de place dans mon armoire, est-ce bien utile de faire les soldes ? 

Le saviez-vous ? Les soldes consomment beaucoup, beaucoup, beaucoup. Qu’il s’agisse de tous les déchets physiques générés (pancartes, étiquettes, sacs plastiques, etc.), des dépenses énergétiques en publicité papier ou numérique ou des transports de stocks… La quantité d’énergie déployée pendant ces semaines est inimaginable. 

100 milliards d’habits sont achetés pendant les soldes au cours d’une année. Cela représente un habit sur deux. Par ailleurs, chaque année, 400 milliards d’habits finissent jetés, et pour 80% finissent à la poubelle. Quand les habits ne sont pas jetés, ils sont très peu gardés et utilisés. 

Avant de partir faire les soldes, il faut se demander : « Est-ce un besoin ou une envie ? » Si c’est une envie de renouveler sa garde-robe, échangez quelques vêtements avec des copains, revendez-les et achetez des vêtements conçus de manière éco-responsable, voici un article qui peut vous éclairer. 


Sondage

Vous avez réalisé des défis en juillet ? Dites-nous lesquels grâce à ce sondage.

1/ J’achète au moins 1 litre de lait auprès d’une ferme locale  

Je continue de soutenir les producteurs locaux en allant acheter mon litre de lait dans une ferme du territoire.
Pour retrouver toutes les bonnes adresses, rendez-vous sur De Nos Fermes 63 


 2/ Je ramasse au moins 10 déchets dans ma rue avant de prendre un apéro  zéro déchet avec mes voisins

J’organise une petite balade dans mon village afin de ramasser au moins 10 déchets ! Une belle occasion pour sensibiliser mes voisins à des gestes de préservation de l’environnement. Cette action permettra aux uns et aux autres de garder un cadre de vie agréable, sans détritus. Après cette bonne action, place à l’apéro et au partage des petites idées recettes d’amuse-bouche zéro déchet ! C’est aussi ça  l‘esprit du voisinage : le partage ! 


3/ Je découvre la cueillette de plantes sauvages grâce à l’association sur les Traces du Coq Noir

La nature est un magasin à ciel ouvert ! Avec un animateur de la Jasserie du Coq Noir partez faire vos courses gratuitement en libre-service chez « Dame nature ». Tout ce dont notre corps a besoin pour se maintenir en bonne santé est à portée de main sans pollution, 100% Bio !
Avant de ramasser les plantes sauvages, il vous faut écouter attentivement le guide afin d’apprendre à les reconnaitre. Il n’est pas question de cueillir tout et n’importe quoi …
Une fois la cueillette terminée avec respect, il est temps de passer en cuisine à la jasserie du coq noir. 

Dates : 12 et 13 juin 2021
Programme


4/ Pour mes prochaines vacances, j’évite de prendre l’avion, et privilégie si possible le train ou le covoiturage  

L’impact carbone en train est bien plus faible qu’en voiture pour un trajet équivalentToutefois sur notre territoire Ambert Livradois Forez, le train n’est pas l’option la plus simple. Je pense alors au covoiturage en utilisant la plateforme gratuite régionale Mov’ici, et rejoignez la communauté LivradoisForez pour mieux visualiser les annonces locales.  

La France a tellement à nous faire découvrir, essayons de rester près de chez nous et de visiter les merveilles parfois à portée de main. Pour vous déplacer sur le territoire Ambert Livradois Forez et ses alentours, consulter toutes les solutions de transports existantes. 


 5/ Je trouve une alternative durable à ma brosse à dent 100% plastique et 100% jetable 

Il n’est pas si aisé de trouver la bonne option, mais il existe des brosses à dents à têtes interchangeables ou encore des brosses à dents compostables. Questionnez vos commerçants à ce sujet. Si la demande est forte, l’offre augmentera. 


6/ Je coupe l’eau quand je me brosse les dents 

En coupant l’au lorsque je me brosse les dents, j’économise plusieurs litres ! C’est bon pour l’environnement, mais aussi pour ma facture ! 
On ne le dira jamais assez, l’eau est une ressource à préserver, qui se fait rare dans certains secteurs géographiques. Ayons conscience que nous avons de la chance d’avoir de l’eau potable au robinet à toute heure et tous les jours de l’année.  


7/ Je ne vais pas au supermarché pendant le mois et je privilégie les petits commerçants 

Je soutiens le commerce de proximité et mes producteurs locaux en allant dénicher les bons produitsEn plus de soutenir l’économie locale, cette démarche permet d’entretenir un lien social en discutant avec le boulanger, l’épicier ou même directement avec l’agriculteur. Les courses sont un moment de partage et deviennent alors un plaisir, et non une corvée ! Pour les produits fermiers, faites une virée directement à la ferme, sur le marché ou encore dans les magasins de producteurs du territoire : Le local 63 à AmbertLes paniers du Forez à Marat et l’Epiforie à La Forie.


 8/ J’achète du chocolat équitable 

Le chocolat, on l’adore ! Cependant, certaines grandes marques emploient des enfants et proposent des conditions de travail effroyables.
Je continue à me faire plaisi
r en privilégiant des marques comme Ethiquable qui remettent de l’éthique dans un secteur qui en manque cruellement ! Orientez vos achats vers des labels comme Max Havelaar. 


9/ J’offre un cendrier de poche à un de mes proches 

Chaque année en France, c’est entre 30 et 40 milliards de mégots qui sont jetés dont environ 40% finissent dans la nature sachant qu’un seul filtre de cigarette suffit à polluer 500L d’eau .
J’offre un cendrier de poche à un ami fumeur, ou encore mieux, j’essaie de le convaincre d’arrêter de fumer. 

Sur la toile, plusieurs tutos existent pour en confectionner.


10/ Je refuse le sachet du boulanger 

Le sachet du pain, est-ce vraiment utile ? Vous allez le jeter une fois votre pain terminé
Je prends donc un sac à pain en tissu réutilisable qui conservera mieux mon pain, cela évitera au boulanger ces achats inutiles, et par conséquent évitera la production de déchets. 


Sondage

Vous avez réalisé des défis en juin ? Dites-nous lesquels grâce à ce sondage.

1/ Je me renseigne pour ne plus faire d’erreur de tri sélectif 

A partir du 1er mai les consignes de tri se simplifient. Désormais, plus besoin de se creuser la tête pour savoir qui va où, 100 % des emballages et papiers vont dans le bac jaune Vous n’avez plus aucune excuse pour ne pas trier vos déchets.


2/ Je refuse tous les sacs plastiques et m’équipe de sacs en tissu 

Les sacs plastique à usage unique sont interdits aux caisses depuis le 1er juillet 2016. Et depuis le 1er janvier 2017, les rayons fruits et légumes, fromage ou boucherie doivent distribuer des sacs biodégradables en papier, carton, ou plastique biosourcé. Ces mesures ont été prises afin de réduire la pollution au plastiqueMalheureusement ceux-ci ne sont pas une solution pérenne, pour de nombreuses raisons : « Le plastique biodégradable, une fausse solution à la pollution des océans« . 

Aussi, mieux vaut s’équiper en sacs en tissu type « tote bag ». Attention, 2 ou 3 suffisent car le coton demande également beaucoup d’eau pour pousser ! L’idéal est d’opter pour du coton bio, ou mieux encore, un « tote bag » confectionné à partir de matières recyclées ! 

Le saviez-vous ? Dans la nature un sac en plastique peut mettre 450 ans à se décomposer. Il se décompose mais ne disparaît pas : il se transforme en réalité en particules de plastique de plus en plus petites. On connait tous la problématique des nano et micro plastiques dans les océans.


 3/ J’achète 10 aliments en vrac avec mes contenants  

Je persévère je passe de 4 aliments achetés en vrac au mois de mars à 10 aliments ce mois-ci avec mes contenants. Cela vous permettra de réduire vos déchets de manière visible. Cela peut concerner vos pâtes, riz, légumineuses, farines, céréales, etc. 


4/ Je fabrique ma poudre à lave-vaisselle 

Fabriquer son produit lave-vaisselle est non seulement écolo car les produits utilisés ne sont pas nocifs pour nos cours d’eau, mais c’est aussi très économique car seuls quelques ingrédients sont nécessaires à leur fabrication. Il en existe en poudre ou en tablettes, à vous de trouver LA recette qui vous convient. En voici une parmi tant d’autres. Plus d’excuse puisque cela prend 3 minutes chrono seulement ! 


5/ J’offre un cadeau fait maison ou de seconde main à un voisin ou à un proche 

Offrir ce type de cadeau permet d’économiser les ressources nécessaires à la fabrication d’un produit en achetant un objet déjà présent sur le marché. Pour le « fait maison », laissez place à votre imagination ! Votre touche personnelle sera d’autant plus appréciée par la personne qui recevra votre création. 


6/ Je fais un court trajet à pied ou à vélo à la place d’un trajet que je fais habituellement en voiture 

Nous savons tous qu’une voiture est plus coûteuse qu’un vélo ou que nos « gambettes », alors pourquoi se priver de quelques économies et de nombreux autres avantages?! 

  • La marche et le vélo sont bénéfiques pour la santéphysique et morale.  
  • Vous contribuez à la préservation de l’environnement : plus d’émissions de gaz à effet de serre lors de vos déplacements. 
  • Si vous partez en vélo, vous aurez moins de difficultés à vous stationner qu’en voiture ! Et si vous partez à piedle problème ne se pose plus! 
  • Sur un trajet inférieur à 5km, le vélo est plus rapide que la voiture. 

N’attendez plus et passez à l’action ! 


7/ Je sème des fleurs nectarifères et pollinifères en participant à l’opération « Zone de BZZZ » 

Le déclin progressif des abeilles et autres pollinisateurs sauvages dans le monde est une réalité avérée et préoccupante. A l’inquiétude provoquée par cette érosion de la biodiversité faunistique s’ajoute celle de voir des centaines de plantes cultivées disparaitre. Des espèces fruitières (pomme, poire, fraise, …), maraîchères (tomate sous serre, melon, courgette, …), et de grande culture (colza, tournesol, féverole, …) dépendent en effet totalement de l’action des pollinisateurs.  

En tant que citoyen, vous pouvez lutter contre les pesticides et augmenter la ressource de fleurs sauvages pour sauvegarder les insectes pollinisateurs !
Comment ? Vous pouvez participer à l’opération « Zone de Bzzz », lancée par l’association Agir Pour l’Environnement et ses partenaires.  


8/ Je plante au moins 4 légumes dans mon jardin 

Rien de tel que de manger des légumes que l’on a plantés soi-même. En avril/mai, il est possible de semer : carottes, concombres, courgettes, choux-fleurs, cornichons, brocolis. Mais attention , comme le disent les croyances, sur Ambert Livradois Forez il vaut mieux attendre que les Saints de glaces (mardi 11 au jeudi 13 mai 2021) soient passés pour semer/planter en pleine terre. 


9/ Je fais connaître autour de moi le dispositif de surveillance du frelon asiatique en Auvergne-Rhône-Alpes 

Le frelon asiatique est une espèce exotique envahissante redoutée des apiculteurs mais pas seulement ! Cette espèce poursuit sa progression sur le territoire régional, et plus localement sur le territoire d’Ambert Livradois Forez. Les novices la confondent très souvent avec le frelon européen, alors prenez le temps de découvrir ses critères d’identification pour ne pas faire d’erreur. 

 Cette espèce introduite accidentellement en France au début des années 2000, a un impact fort sur la biodiversité en raison de la prédation qu’il exerce sur de nombreux insectes, dont les abeilles. Il représente aussi une menace pour la santé publique.  

En cette période printanière, il est possible de créer des pièges sélectifs pour prévenir la formation de nids. Ce piégeage doit être réalisé de manière encadrée.
Pour plus de renseignements 
vous pouvez également contactez le Groupement de DéfensSanitaire Apicole du Puy-de-Dôme (GDSA 63). 

Le frelon asiatique n’est pas agressif envers l’homme, sauf quand la colonie est dérangéeIl est alors particulièrement dangereux. C’est pourquoi les nids doivent être détruits par des spécialistes.  

Pour lutter contre le frelon asiatique, apprenez à le reconnaître et signalez sa présence sur www.frelonsasiatiques.fr ! 


10/ Je trie mon dressing et j’emmène les vêtements dont je ne me sers plus à la colonne tri textile 

Ambert Livradois Forez collecte chaque année dans les colonnes à vêtements environ 100 tonnes de textiles. Cependant, beaucoup sont encore jetés dans les ordures ménagères sans recyclage. 

En les jetant (dans des sacs fermés) dans les colonnes à vêtements vous permettez à l’association d’Insertion Le Relais de se développer, vous faites ainsi une bonne action. 

Tous les textiles, même troués, du moment qu’ils sont secs et propres (non imbibés d’huiles ou boueux) peuvent être jetés, même les chaussures (attachées par paire) ou les articles de maroquinerie (sacs à mains, ceintures, …). 

Rendez-vous aux colonnes à vêtements du territoire et notamment dans les déchetteries. 


Sondage

Vous avez réalisé des défis en mai ? Dites-nous lesquels grâce à ce sondage.

1/ Je ne taille pas mes haies pendant la période de nidification des oiseaux (1er avril-31 juillet)  

1 oiseau sur 3 a disparu en 20 ans ! 
Vous pouvez participer à la préservation des oiseaux, en mettant en pratique des astuces simples et très sympas qui sont proposées sur l’application WAG (We Act for Good)Cette application, créée par WWF, propose par exemple d’apprendre à fabriquer des boules de graines ou à réaliser des nichoirs.  


 2/ J’installe un récupérateur d’eau de pluie (bidon ou cuve de récup) 

Récupérer les eaux pluviales est à la fois écologique car cela permet de préserver les nappes phréatiques, mais également économique car c’est gratuit ! De plus, l’eau de pluie est douce, peu calcaire et à température ambiante elle est donc plus adaptée pour l’arrosage des plantes que l’eau du robinet. L’eau est une ressource rare, il faut l’économiser. Les sécheresses répétées de ces dernières années doivent nous inciter à avoir recours à ces solutions pour préserver les nappes phréatiques. 


 3/ Je fais un gâteau ou des biscuits maison 2 fois dans le mois  

Pour le plaisir des papilles et parce qu’on sait ce que l’on met dedans, faites vos gâteaux vous-mêmes.
Vous manquez d’idées ? En voici quelques-unes : cakes, sablés, cookies, brioches, muffins, etc. Les biscuits secs se conservent dans des boîtes hermétiques, pour les autres vous pouvez facilement les congeler en faisant des portions pour ne sortir que ce dont vous avez besoin pour le lendemain. 


 4/ Je fais mes tournées de linge à 30° et je vérifie que je mets la juste quantité de lessive 

Faire tourner ses lessives à 30° permet de réduire sa consommation d’électricité. Le truc en plus : optez pour un départ différé pour faire tourner votre machine pendant les heures creuses. 


 5/ Je fais pousser mes herbes aromatiques 

Plus besoin de courir au magasin pour aller en acheter ! Savez-vous comment elles sont cultivées ? Quels produits sont utilisés pour leur croissance ? D’où proviennent-elles ?
En les faisant pousser à domicile, vous aurez toutes ces réponses, elles seront bien meilleures et d’une pierre deux coups : vous préservez les insectes pollinisateurs ! Vous pourrez consommer vos herbes aromatiques fraîches ou séchées, c’est à votre bon vouloir !  


 6/ Je fabrique un spray multi-usage à base de savon noir 

Ce produit maison vous permettra de supprimer votre nettoyant cuisine, salle de bain et même le produit à vitres et son lot de bidons qui vont avec… car le plastique ce n’est pas si fantastique ! Ainsi, vous évitez également de déverser des produits nocifs dans vos canalisations et donc dans nos cours d’eau qui finissent par rejoindre mer et océan ! 

Recette : 

  • 3 cuillères à soupe de savoir noir ménager 
  • 200 ml d’eau déminéralisée 
  • 2ml (soit 70 gouttes) d’huile essentielle de Tea tree 

Dans un saladier, mettre l’eau déminéralisée, et ajouter le reste des ingrédients. Mélanger à l’aide d’une cuillère à soupe. Transvaser le mélange dans un flacon. Bien agiter avant chaque emploi. 

Ce spray nettoie et assainie toutes les surfaces de la maison (poignées de porte, plans de travail, tables, accessoires, jouets…). Vaporiser et laisser agir 5 à 10 minutes, puis essuyer avec une éponge propre et humide. Pour les surfaces en contact avec des aliments, rincer avec de l’eau claire. 


 7/ J’évite les achats compulsifs pendant les soldes et je privilégie les achats de seconde main (Vinted, Emmaüs, dépot-vente…)  

Les prix sont bien moins chers que pour des vêtements neufs. Le point positif : on peut encore plus se faire plaisir et tout au long de l’année ! Si l’idée de porter quelque chose déjà porté par quelqu’un vous freine, sur Vinted il existe un filtre pour ne voir que des produits neufs avec étiquette. Et à bien y réfléchir, d’après vous, c’est quoi le mieux ? Acheter un vêtement qui est dans un foyer depuis des lustres et qui traîne dans un placard, ou acheter un vêtement qui est dans un magasin depuis des semaines et qui ont été touchés et essayés par des dizaines de personnes ? De plus, acheter de l’occasion permet d’être en contact avec des vêtements plus sains car ils ont déjà dégagé une partie des gaz toxiques que peuvent contenir tout objet neuf (gaz issus des procédés de fabrication, solvants…).


8/  Je participe au comptage national des oiseaux  

Sur le site de la LPO, inscrivez-vous pour participer au comptage des oiseaux des jardins tout au long de l’année afin de recenser les espèces présentes. Soyez tranquilles, vous pouvez le faire depuis votre fenêtre ou votre balcon, sur de courtes périodes (10 min par exemple).


9/ Je remplace tous les cotons de la maison par des cotons lavables si possible cousus avec du tissu recyclé 

Vous réduirez de façon conséquente vos déchets dans la salle de bains. Il existe des dizaines de tutos gratuits sur la toile pour en fabriquer soi-même avec souvent des tissus que l’on a facilement sous la main (vieilles serviettes, draps usagés, …). Pour les réfractaires qui pensent à l’entretien, dans un filet à lessive, dans votre machine à linge classique et hop le tour est joué ! Pour ceux qui les utiliseraient pour le change de bébé, vous pouvez les laver à 60° avec vos serviettes et torchons pour être sûrs de bien faire partir toutes les bactéries. 


10/ Je mets un couvercle pour cuire plus vite  

L’eau boue plus vite et la consommation d’énergie diminue. 500 Watts sont nécessaires pour faire bouillir 1L d’eau contre seulement 150 Watts avec un couvercle, et en 3 à 4 fois moins de temps ! 

Découvrez ici d’autres écogestes à mettre en œuvre à la maison pour faire des économies d’énergie facilement. 


Sondage

Vous avez réalisé des défis en avril ? Dites-nous lesquels grâce à ce sondage.

 

1/ Je me procure au moins 4 aliments en vrac en amenant mes propres contenants (sur les marchés ou en magasin) 

Acheter en vrac, c’est réduire la part de micro-plastiques présents dans nos aliments. En effet, nos aliments sont souvent emballés avec du plastique nocif pour notre santé. Si on réduit nos emballages, on réduit donc la quantité de plastique et ainsi les particules nocives pour notre santé. 

A chacun son organisation, mais petit à petit dès que l’on termine un produit on essaye de le remplacer par du vrac. 

Pour débuter ce changement, essayez avec les aliments faciles à remplacer par du vrac : les pâtes, le riz, les lentilles, les céréales à remplacer par des flocons d’avoine pour en faire du granola au goût des enfantsle café en grain que l’on moud (souvent moins cher au kilo que le café moulu), les fruits secs, etc. 


 2/ Je change mon moteur de recherche pour adopter Lilo ou Ecosia  

Ces deux programmes permettent de financer un ou plusieurs projets grâce aux recherches que vous effectuez sur Internet. Avec Lilo, vous financez des associations et avec Ecosia vous aidez à planter des arbres. Je franchis le pas, et j’installe l’un de ces moteurs de recherche par défaut sur mon smartphone, ma tablette, mon pc et même sur ordinateur au travail. 


3/ Je composte mes mouchoirs en papier ou je passe aux mouchoirs en tissu 

Eh oui, les mouchoirs en papier se recyclent, alors si vous voulez vraiment être irréprochables, vous pouvez prendre des mouchoirs sans agents blanchissant. En temps d’épidémie ou de virus il est normal de vouloir rester aux jetables, mais prenez les blancs, sans dessin et votre composteur les accueillera sans problème. 

Pour celles et ceux qui passent au tissu, vous ne jetez plus rien ! Et non, ce ne sont pas des lessives supplémentaires, un mouchoir se mélange facilement avec une lessive que vous faites de toute façon tourner pour votre linge. 


 4/ J’adopte des alternatives au papier de cuisson jetable  

Le papier cuisson, aussi appelé papier sulfurisé (peu inspirant, non ?), est un papier traité chimiquement de façon à résister aux températures élevées tout en apportant une certaine imperméabilité. Le terme “sulfurisé” n’est pas exagéré : le papier cuisson industriel est trempé dans de l’acide sulfurique, avant d’être rincé à l’eau puis séché… Rien de très bon qui vaille ! Alors, pour épargner votre santé et réduire vos déchets en cuisine, pourquoi ne pas changer vos habitudes et adopter une alternative lavable et réutilisable ? Voici quelques substituts écologiques au papier cuisson à usage unique : 

  1. De la cire d’abeille pour ses recettes sucrées
    Pour vos pâtisseries, vous pouvez utiliser une petite quantité de cire d’abeille pour tapisser le fond de vos moules. Cela évitera à vos préparations sucrées de coller et apportera même un parfum délicat de miel. Attention toutefois à bien choisir de la cire d’abeille comestible et non traitée. 
  2. Du beurre et de la farine : cette astuce de grand-mère est indémodable !
    Ces ingrédients permettent d’éviter que la pâte accroche aux parois de vos plats et autres récipients de cuisson, et faciliter le démoulage…  
  3. De l’huile sur sa plaque de cuisson : rien de plus simple !
  4. Un tapis à pâtisserie aussi appelé papier cuisson lavableC’est une alternative réutilisable efficace au papier sulfurisé. Ce type de feuille épaisse permet d’éviter que la pâte ne colle sur la plaque du four. Cet accessoire de cuisson lavable est généralement fabriqué en silicone antiadhésive. Il est ainsi très facile à nettoyer à l’eau et au savon. Pour aller jusqu’au bout de vos convictions écologiques, préférez une feuille à pâtisserie en silicone naturelle et de fabrication française. 

 5/ J’achète au moins 4 fruits ou légumes de saison à des producteurs de ma région  

Grâce à ces achats responsables, vous soutenez l’économie du territoire Ambert Livradois Forez, voire même des territoires voisins. Pour ceux qui nous rejoignent dans ce challenge écocitoyen, un calendrier des fruits et légumes de saison a été mis en lumière le mois précédent, vous le retrouverez ici. Mais comment trouve-t-on les producteurs de notre région ? Nous avons la solution avec le réseaDenosfermes 63 qui permet un recensement des producteurs et des points de vente de produits locaux.  

Vous êtes un producteur local et vous souhaitez intégrer le réseau ? Rien de plus simple ! Il vous suffit de renseigner la fiche d’inscription et de la retourner à l’animateur du réseau, au conseil départemental du Puy-de-Dôme.  

Vous connaissez des producteurs ou points de vente non inscrits ? Partagez l’information autour de vous afin que le réseau se densifie ! 


6/ J’achète des graines de tomates (non-hybrides) et fais pousser mes pieds de tomates (en intérieur ou sous serre) 

Des graines non hybrides ? Quésako ?? Ce sont des graines qui vous donneront des tomates avec des graines qui pourront vous donner de nouvelles tomates… Normal ? Et bien oui, cela ne concerne pas les tomates hybrides qui elles, ne se reproduisent pas. Pour faire simple, elles sont stériles. 

 L’association Kokopelli permet de se fournir en semences fertiles. 


 7/ Je construis un abri à chauves-souris  

Les chauves-souris, très mal connues du grand public, n’ont malheureusement pas bonne réputation. Inoffensives, en France elles sont toutes insectivores. Discrètes, vous ne les croiserez que la nuit, lorsqu’elles débarrassent le jardin d’une multitude d’insectes. Aidez-les en leur proposant un gîte aux conditions idéalesVoici un exemple de tutoriel pour vous aider à le construire. Installez votre nichoir dès ce mois de marscar les chauves-souris vont commencer à sortir de l’hibernation. Il doit être placé sur une surface exposée plein Sud ou Sud-Est, à plus de 3 mètres de hauteur, en haut d’une façade ou d’un arbre loin des prédateurs. Pensez à le mettre non loin d’un point d’eau pour que vos protégées puissent aussi s’abreuver.  Très menacées, toutes les chauves-souris sont protégées par la loi.  

Retrouvez plus d’informations auprès de l’association locale : Chauve-souris Auvergne.  


8/ Je plante au moins 3 fleurs mellifères pour favoriser les butineurs.  

D’après une étude, en France, les abeilles accusent des pertes de 25 à 30% chaque hiver. En Allemagne, près de 75% de la population d’insectes volants ont disparu en moins de 30 ans (Source : National Géographic).

Voici quelques exemples de fleurs mellifères : Trèfles – Sauge des Près – Thym serpolet – Moutarde Blanche – Pissenlit – Méliot Blanc – Bruyère Cendrée et Carnée – Phacélie – Epilobe en épi. Chacune de ces fleurs a une période de floraison différente, le mieux est d’essayer de planter des fleurs qui produiront du pollen à différentes périodes de l’année. 

Le saviez-vous ? La communauté de communes Ambert Livradois Forez est propriétaire d’un rucher pédagogique à Saint-Amant-Roche-Savine. Celui-ci est animé et géré par l’association Apis Ambert. Sous réserve des conditions sanitaires, une animation gratuite devrait être organisée au cours de l’été !  

Plus d’informations :  https://www.ambertlivradoisforez.fr/un-territoire-a-votre-service/developpement-durable/transition-energetique/ 


9/ J’achète du thé, des infusions en vrac ou en sachet compostable. Attention, certains sachets sont en nylon non compostables 

2 français sur 3 boivent du thé et 1 français sur 2 des infusions ! La consommation de ces boissons en France a triplé au cours de ces 25 dernières années !  

De nombreuses entreprises se sont emparées de ce marché, soyez donc vigilent au moment de votre achat en privilégiant le vrac d’une part et des produits certifiés biologiques avec le label européen et sa déclinaison française AB qui garantissent un produit plus respectueux de l‘environnement.  

Si vous optez pour des produits en sachets, attention ils ne sont pas tous compostables !! 20 à 30 % peuvent être composés de polypropylène, qui ne se décomposera pas. Ces types de sachets de thé peuvent être glissants au toucher et avoir un bord thermosoudé, c’est le cas des sachets pyramides par exemple. 

Et s’il fallait choisir entre le thé ou linfusion pour avoir le moins d’impact sur notre environnement ? Sans aucun doute, portez votre choix pour l’infusionmais attention : locale ou au moins d’origine française ! Vous pouvez même vous lancer dans la cueillette sauvage pour réaliser vos infusions maisons : tilleul, ortie, plantain, épilobe… 


10/ Je participe à l’heure sans lumière (earth hour) le 27 mars à 20h30-21h30 

Le 27 mars 2021, partout sur la planète, des millions de personnes vont éteindre leurs lumières à partir de 20h30, pendant 60 minutes ! L’objectif de ce geste : soutenir la lutte contre le changement climatique. Cet évènement est organisé par le WWF et soutenu par de nombreuses associations, y compris dans le domaine de l’astronomie… car éteindre nos lumières, c’est aussi se battre contre la pollution lumineuseRetrouvez une vidéo de l’année 2020. Alors, qui participe ?  


Sondage

Vous avez réalisé des défis en mars ? Dites-nous lesquels grâce à ce sondage.

1/ Je mets un stop pub sur ma boîte aux lettres   

L’autocollant stop pub permet simplement d’éviter le gaspillage de papier pour ceux qui ne lisent pas cette publicité papier et de réduire drastiquement le poids de vos poubelles.  Sur le territoire d’Ambert Livradois Forez 23,18 % des boîtes aux lettres ont adopté le Stop Pub. Cela représente 58 tonnes de papier évités, soit 696 arbres sauvés !
Alors vous passez à l’action ?
 

Vous pouvez récupérer votre autocollant dans les mairies, les maisons de services au public, les déchèteries, l’accueil de la communauté de communes et même chez certains commerçants 


 2/ Je privilégie la viande française si j’en consomme (ou d’Ambert Livradois Forez, c’est encore mieux) 

Moins de viande oui, mais de la bonne et locale. Quand je fais mes courses au supermarché, je privilégie la viande issue des alliances locales ou des produits qui rémunèrent de façon juste les agriculteurs. J’essaye un maximum d’acheter sur le marché quand je peux m’y rendre ou encore directement auprès des producteurs. 


 3/ Je réalise 2 recettes sans viande que je n’ai jamais réalisées

De temps en temps, nous pouvons partager des repas moins « carnés ». La consommation excessive de viande n’est pas forcément idéale pour notre santé et pour les émissions de gaz à effet de serre.

Audrey, notre chargée de mission “Energie et développement durable” et fine cuisinière, nous propose une recette de hamburger revisité, sans viande. Testez-le c’est succulent !

Si vous souhaitez en savoir plus sur les protéines végétales, consultez https://www.bioalaune.com/fr/actualite-bio/29729/15-aliments-plus-riches-en-proteines-vegetales

Quoi qu’il en soit, pour l’achat de votre viande, n’hésitez pas à consommer local et à vous fournir chez nos artisans bouchers !

 Bon appétit ! 


4/ Je me passe de l’eau en bouteille et opte pour une gourde pour les déplacements 

Il faut avoir en tête la pollution liée à la consommation d’eau en bouteille plastique. Nos corps sont pollués par le plastique et cela passe également par la consommation d’eau conservée dans du plastique. Le pire étant de les réutiliser comme gourde car les microparticules de plastique peuvent être néfastes pour le foie, les reins ou encore le cerveau. Alors, pour votre santé et pour la planète, optez pour une gourde réutilisable ! 

La communauté de communes Ambert Livradois Forez vous fait gagner une gourde !  Pour celaprenez-vous en photo en train de jeter vos bouteilles plastique dans un bac jaune, et postez-là en commentaire sur la page Facebook Ambert Livradois Forez (sur la publication en question), un tirage au sort des photos désignera le gagnant !  


5/ Je me procure une dizaine de bocaux ou de boîtes alimentaires si possible de seconde main 

Allez petit indice : ça commence par VR… et ça finit par AC ! On opte dès à présent pour des achats en vrac et pour des bocaux réutilisables. Les avantages ? Cela prend moins de place dans les placards, fini les emballages qu’on jette à la poubelle et cela évite aussi la prolifération des mites alimentaires qui arrivent à percer les emballages plastiques.  

Et aussi, je réduis l’utilisation de sacs pour l’achat de fruits et légumes. Comment ? En les mettant directement dans mon panier ou en utilisant des sacs en tissu pour les plus fragiles. 


6/ Je règle mon thermostat à 19° ou moins si souhaité dans mon habitation 

Saviez-vous que le chauffage représente en moyenne 62 % des dépenses énergétiques de notre foyer en hiver ? Pour les limiter, je peux baisser mon thermostat d’ambiance à 19°C. Si la journée, cette température vous paraît trop basse, adapter le réglage à vos besoins. Vous pouvez installer des programmateurs pour que vos radiateurs se mettent en marche uniquement lorsque vous occuper votre habitation, et régler une température plus basse pour la nuit et pendant vos absences. Inutile de chauffer une maison vide ! Je pense également à fermer mes volets/stores/rideaux pendant la nuit. Une bonne protection, tel qu’un volet roulant baissé, peut réduire de 60% la déperdition de chaleur d’une fenêtre. 


 7/ Je ne consomme pas de tomates ni de fraises fraîches  

 Il faudra attendre encore un peu pour consommer des tomates et des fraises fraîches ! Et oui, ce n’est pas la saison et il faut fournir beaucoup d’énergie pour chauffer les serres qui serviront à les faire pousser à cette période de l’annéeManger local et de saison permet aussi de faire vivre les producteurs autour de nous.  

Pour vous aider à vous y retrouver, commencez par regarder les panneaux d’indication de provenancelorsque vous achetez vos fruits et légumes et privilégiez le FRANCAIS !  vous Voici le calendrier des fruits et légumes de saison 


 8/ Je n’achète pas de roses pour la Saint-Valentin mais des fleurs françaises 

Le saviez-vous ? Un bouquet de roses importées, c’est autant de CO2 qu’un trajet Paris/Londres en avion ! J’essaie de trouver des fleurs françaises ou j’opte pour un beau bouquet de fleurs séchées, ultra tendance.  


 9/ J’adopte un composteur individuel ou j’utilise les composteurs de quartier 

Sortir les biodéchets de nos poubelles, c’est le pari que nous devons réussir d’ici à 2025. Il est temps que j’adopte un composteur ! La communauté de communes Ambert Livradois Forez, déjà bien avancée sur le sujet, propose d’accompagner les habitants en les équipant de composteurs en contrepartie d’une formation sur les bonnes pratiques. Des composteurs de quartier fleurissent également dans plusieurs communes du territoire. 

Pour tout savoir : https://www.ambertlivradoisforez.fr/un-territoire-a-votre-service/gestion-des-dechets/compostage/ 


 10/Je construis ou je me procure un hôtel à insectes 

Aujourd’hui, un rapport confirme le déclin généralisé des populations d’insectes à travers le monde. Selon des chercheurs qui ont compilé 73 études menées sur 40 ans, plus de 40% des espèces d’insectes sont en déclin dans le monde et un tiers des espèces sont en voie de disparition. A vous d’inverser le processus, en construisant un hôtel à insectes. C’est joli et pour les plus peureux, sachez que les insectes que vous allez attirer sont inoffensifs. 

 Voici un tuto pour réaliser facilement votre hôtel à insectes ! Une activité qui plaira, à coup sûr, aux enfants ! 


Sondage

Vous avez réalisé des défis en février ? Dites-nous lesquels grâce à ce sondage.

1/ Je calcule mon impact écologique pour savoir combien de planètes je « consomme »

Avec ce test, vous allez savoir combien de planètes Terre il faudrait si toute l’humanité vivait comme vous. Nous vous inviterons à refaire ce test à la fin du challenge (en fin d’année) pour comparer l’avant/après. Les questions de ce test ne vous prendront que 10 minutes de votre temps. Il vous permettra de faire un petit “état des lieux” des ressources nécessaires à notre mode de vie.


2/ En cas de besoin d’achat d’un objet, j’essaie de le trouver d’occasion

Nous ne le voyons pas, mais chaque objet que nous achetons a mobilisé en amont une quantité importante de ressources. Un manteau, par exemple, c’est 110 kg de matières premières utilisées ! Acheter d’occasion nous permet de préserver les ressources de notre planète.

Le saviez-vous ? Sur le territoire il existe des magasins pour acheter d’occasion :


3/ Je me procure 2 nouveaux aliments produits sur le territoire d’Ambert Livradois Forez : Fourme, miel, viande, etc.

L’alimentation concerne aussi le territoire. Consommer local c’est entretenir le lien entre ruraux et citadins et préserver la dynamique économique en maintenant et en créant de l’emploi. Cela contribue aussi à préserver le savoir-faire artisanal.

Pour trouver les producteurs locaux du territoire rendez-vous sur De nos fermes 63 


4/ Je persuade au moins 5 personnes de mon territoire de participer au challenge

Un jour, dit la légende du colibri, il y eut un immense incendie de forêt. Tous les animaux terrifiés, atterrés, observaient impuissants le désastre. Seul le petit colibri s’activait, allant chercher quelques gouttes avec son bec pour les jeter sur le feu. Après un moment, le tatou, agacé par cette agitation dérisoire, lui dit : “Colibri ! Tu n’es pas fou ? Ce n’est pas avec ces gouttes d’eau que tu vas éteindre le feu !” Et le colibri lui répondit : “Je le sais, mais je fais ma part.”


5/ Je supprime mes mails inutiles, vide ma corbeille et me désabonne des newsletters inutiles

Tous les mails reçus et envoyés sont sauvegardés et stockés dans des serveurs, des datacenters qui génèrent énormément de chaleur et doivent être en permanence refroidis par une climatisation. Supprimer 30 mails permet d’économiser l’équivalent de la consommation d’une ampoule pendant 1 journée !


6/ Je remplace mon gel douche par un savon solide sans huile de palme 

Les gels douches “classiques” contiennent de nombreux produits chimiques préoccupants pour notre santé et l’environnement : parabènes, triclosan, émulsifiants, additifs… Ils sont de plus conservés dans des bouteilles en plastique. Les savons solides contiennent moins (voire pas, selon les marques) de substances dangereuses et ont l’avantage d’être zéro déchet (ou presque, selon celui que vous choisissez). Ils sont également une alternative économique car ils durent généralement bien plus longtemps qu’un gel douche.
Quant à l’huile de palme, elle est responsable d’une déforestation intense de la forêt primaire en Indonésie.

Saviez-vous qu’il existe une savonnerie sur la commune de la Chapelle-Agnon ? La savonnerie de la Goutte Noire


7/ Je me rends au moins une fois sur le marché ou producteur du coin avec mes sacs de courses pour acheter des produits de saison

Se rendre sur les marchés locaux permets de réduire l’impact carbone car moins de kilomètres sont nécessaires pour faire venir les aliments dans notre assiette. Cela permet également de faire vivre nos producteurs.

Retrouvez tous les marchés du territoire sur De nos fermes 63


8/ Je mets de côté mes contenants vides (vaporisateurs, pots à confiture, bidons de lessive…) pour les futures fabrications de produits maison

Au quotidien, nous achetons régulièrement des produits dont nous jetons les contenants une fois ceux-ci vidés. Or garder ces contenants nous permet d’une part de réduire nos déchets, et d’autre part de les réutiliser ultérieurement. Gardez-les, ils nous seront utiles pour la suite des défis de l’année ! (Contenants en verre pour l’alimentaire ; contenants plastiques pour les produits ménagers par exemple).


9/ Je me procure des pailles réutilisables ou je me passe complètement de pailles

Il existe toutes sortes d’alternatives pour oublier complètement les pailles en plastique. Il existe 2 possibilités :

  • la solution à usage unique mais biodégradable comme les pailles en paille (oui oui ce n’est pas une erreur de frappe !) ;
  • les solutions réutilisables comme les pailles en inox.

Pas moins d’une dizaine d’alternatives existe. La plus radicale d’entre elles, reste encore de se passer complètement de pailles.


10/ Je refuse tous les sacs plastiques

Ils prennent de la place à la maison mais en plus sont très polluants à fabriquer. Le mieux ? S’équiper en sacs en tissu type tote bag. 2 ou 3 suffisent car le coton demande également beaucoup d’eau pour pousser.


Sondage

Vous avez réalisé des défis en janvier ? Dites-nous lesquels grâce à ce sondage.