Veuillez patienter pendant le chargement...

Un territoire pour entreprendre > Filières et labels d’excellence > Le papier

Le papier

Ambert Livradois Forez et le papier c’est une histoire qui dure depuis plus de 600 ans, comme en témoigne encore le Moulin Richard de Bas. Pour faire perdurer ce savoir-faire et la mémoire, la communauté de communes travaille à valoriser cette richesse.

Le papier, une histoire vieille de 600 ans

Depuis près de 600 ans, le mot papier résonne dans les vallées autour d’Ambert. Ce papier chiffon a largement participé à la renommée du territoire d’Ambert Livradois Forez. Témoin de cette histoire, le Moulin Richard de Bas, dernier moulin à papier d’Auvergne, produit toujours quelque 200 feuilles de papiers par jour destinées aux éditeurs, artistes et autres amoureux de beaux papiers. C’est également le premier musée vivant de France… Classé Monument Historique depuis 1983 ainsi qu’Entreprise du Patrimoine Vivant depuis 2020.


Le chemin des papetiers

Consciente de cette richesse qu’est le papier, la communauté de communes Ambert Livradois Forez, via le service patrimoine, a choisi de le valoriser à travers un sentier qui lui est entièrement dédié « le Chemin des papetiers ». Si ce dernier existe depuis quelques années déjà, il a très récemment été modernisé et réinventé avec une nouvelle signalétique pour informer sur les particularités de ces vallées, ruisseaux, biefs, mais aussi sur l’architecture de la quarantaine de moulins rencontrés. Une touche d’innovation a également été apportée par l’intégration de vidéos et de sons des végétaux. C’est donc un tout nouveau format, alliant nature, patrimoine et création artistique, qui est désormais proposé aux promeneurs.

A trois points différents, un QR code donne accès à une vidéo qui raconte soit le cycle de l’eau, les paroles des arbres ou encore les filigranes papetiers ; ceci avec la technique du «light painting», autrement dit de la photo-vidéographique à 360° faite de nuit avec des dessins de lumière (interview de Vincent DELESVAUX).

Le marcheur peut aussi écouter la musique des plantes et c’est une première en France ! Au départ ce n’est pas vraiment de la musique, mais bien des échanges d’information, des impulsions électriques, qui transitent par la sève des plantes, des arbres et qui sont traduites dans une gamme audible pour l’homme (interview de Renaud RULHMANN).

Ici, nous vous proposons donc de faire l’expérience de la « musicothérapie botanique ». Cette science émergente s’intéresse aux végétaux et participe à une compréhension sensible et intuitive…

En savoir +

Christel GAY, Agent valorisation du patrimoine
04 73 82 59 56 – christel.gay@ambertlivradoisforez.fr